Johannes Thingnes Bø

Précision et maîtrise du timing.

Alors qu’il skiait, enfant, sur les pentes de sa Norvège natale avec son frère Tarjei, également biathlète de haut niveau, Johannes Thingnes Bø rêvait de devenir champion olympique de biathlon. Il ignorait alors qu’un jour son frère et lui trôneraient en haut des podiums mondiaux de biathlon. À Pyeongchang, en 2018, Johannes, alors âgé de 25 ans, réalise son rêve en remportant pas moins de 3 médailles et en décrochant l’or pour la première fois dans l’individuel 20 km après une performance quasi irréprochable.
Depuis, Johannes continue de développer ses points forts. Le biathlète vise évidemment toujours plus haut,. Il s'est emparé de titres et de globes de cristal lors de la Coupe du monde, en plusieurs saisons. En 2020, Thingnes Bø a décroché son second titre de champion du monde au classement général, remportant au passage son quatrième titre individuel.

SondreEriksenHensema_0336

Le biathlon est une discipline unique car elle réunit deux sports très différents : le ski de fond et le tir à la carabine. Ils requièrent tous deux une concentration intense. L’athlète doit allier une précision extrême au tir, où tout se joue en une fraction de seconde, à des capacités d’endurance sur de longues distances. Des pénalités imposées pour le moindre tir imprécis peuvent faire perdre les points arrachés in extremis au slalom. « À cette étape de la course, le pouls moyen est de 180 pulsations par minute. En plus de skier rapidement, les athlètes doivent savoir garder leur sang-froid et faire abstraction du monde extérieur tandis qu’ils tentent d’atteindre cinq petites cibles à une distance de 50 mètres. La précision et la maîtrise du timing sont essentielles. Être trop rapide d’un centième de seconde ou presser la détente trop lentement peut faire la différence entre la victoire et l'échec. »

« Le développement et l’innovation sont des facteurs indispensables pour atteindre le plus haut niveau, en sport comme en horlogerie. La RM 67-02 est si bien ajustée au poignet qu’elle semble ne faire qu’une avec ma peau. Pendant les courses, nous détachons notre carabine jusqu’à quatre fois. Nous avons donc besoin d’une montre extrêmement bien ajustée, qui n’interfère pas avec le maniement du fusil. Légère, sportive et ornée des couleurs norvégiennes, la montre que j’ai au poignet va me donner force et motivation. »

Johannes Thingnes Bø

couv-akanboi

Découvrir
la montre de Johannes Thingnes Bø

RM 67-02